Amis Bouddhistes Si Vous Avez De La Compassion Corrigez Vos Injustices Envers Les Femmes

   Le Dalaï-lama se posait souvent publiquement la question au sujet de la cruauté Chinoise séculaire vis-à-vis des Tibétains. « Quel serait ce karma d’un peuple pacifiste qui s’interdit non seulement de former une défense mais s’interdit même de riposter et de haïr son ennemi? Par dessus tout ce peuple religieux s’impose de tout pardonner! Mais sans trop tarder la tragédie recommence et se perpétue! Quelle est notre faute? Quel est notre karma? « 

   Désemparé, tout en ressentant l’indignation profonde et partageant peines et douleurs, loin de moi de vouloir justifier le moindrement le mal par le mal ni le crime ouvert par le crime dissimulé. Je condamne les deux crimes pour justifier ‘l’insondable’ qui est subtilement remis en question, à savoir Dieu et sa sainte justice. Je ne laisserai pas l’humain se laver les mains pour accuser subtilement Dieu!

Personne n’ignore et ne doit ignorer que le communisme est l’ennemi déclaré de Dieu et de toute religion. Il considère toute religion comme l’opium du peuple! C’est donc ‘Satan’ qui frappe, mais Dieu ne le laisse frapper si dure, que si l’on traîne un Karma si lourd, donc une injustice affreuse qu’on s’obstine à nier et à camoufler. Laquelle?

Voici un élément de réponse, plutôt surprenant!

   Maintenant que vous avez lu ma lettre adressée à sa sainteté le Dalaï-Lama vous allez mieux comprendre la sévérité de ce ton qui lui est adressé!

   Le 1er élément de réponse, mais le moins frappant c’est l’injustice bouddhiste envers la femme  tibétaine au cas de disparition ou décès de son conjoint. Réduite à l’impuissance comme un bien d’héritage, un bien commun de la grande famille, sans lui demander consentement, elle devient d’office l’épouse et  »la propriété » de son frère ou de son père avant ses cousins. Qui dit bien commun, dit communisme ou presque. Réduire un être humain à l’état de bien commun c’est de l’esclavage ou presque. PEUT-ON SE PLAINDRE DE LA LÂCHETÉ DES COMMUNISTES ET FAIRE LA MÊME CHOSE OU PRESQUE CONTRE LES FAIBLES ET LES SINISTRÉES?

   La tradition patriarcale est injuste, quelque soit la religion! Et pour se défendre toute religion s’en lave les mains ‘’ça n’a rien à voir avec ma religion! » / (cherchez / Google / Injustice tradition femme tibétaine). Or, en vérité même la loi de Moise comporte une close semblable et apparemment aussi injuste. Mais l’esprit de la loi est tout à fait opposé à la légalité traditionnelle de son application frauduleuse! Dans l’esprit de la loi, la protection de l’honneur de la veuve et de ses enfants, relève des devoirs du plus proche, portant le nom de famille. Ce n’est pas un mariage, c’est un chaste protectorat, sanctionné par la rigueur pénale contre l’adultère. Sinon cela devient un prélude à la polygamie. Le chaste protecteur assume la lourde responsabilité d’accompagner sa belle sœur ou sa belle fille, jusqu’au jour de son nouveau mariage de son plein gré et choix de partenaire. Elle n’entre pas en compétition affective ou sexuelle avec l’épouse du protecteur ! Évidemment la chair est faible, et le provisoire tend à durer et la tradition traîtresse prend son cours contre l’esprit de la loi Divine.

   Où est votre grande intelligence, amis bouddhiste, si vous ne tirez pas la bonne leçon de vos épreuves? Je ne vais pas formuler pour vous cette leçon. Je vais par ailleurs vous souligner d’autres horreurs karmiques incontournables. Ceci en invoquant les TEXTES CANONIQUES EN VIGUEUR dans les obligations religieuses abusives et injustes. À cette fin veuillez seulement consulter :

 http://www.amnesty.fr/var/amnesty/storage/fckeditor/File/sf06phir05_fev 2006(1).pdf

   Vous les connaissez tous mais pour associer les lecteurs qui l’ignorent je vous en fais des EXTRAITS CI-APRÈS. Je n’aime pas parler des bassesses et saletés des autres car qui pourrait se prétendre sans pêché?

   Mon but est de faire appel à la conscience des grands maîtres bouddhistes qui se veulent ‘’les enseignants du monde » à juste titre. En deux mots, la sagesse nous dit ‘’vous connaîtrez l’arbre à son fruit », et Jésus nous dit ‘’ne t’occupe pas de la paille dans l’œil de ton prochain alors que tu as une poutre dans ton œil » car tu ne peux vraiment pas l’aider avec ton champ de vision déjà troublé. Au nom de l’esprit de justice et de rectitude, effacez donc la honte de vos institutions si vous êtes véridiques. Je n’ai aucune intention d’éclipser votre grande maîtrise de l’art de la méditation, de l’équanimité et de la bonne sagesse mentale mais je déplore à la fois votre ignorance du plan angélique de grande lumière et votre attachement astral à vos ancêtres au mépris de la vertu de justice et de rectitude. Donnez-en l’exemple concret et soyez de vrais modèles. Autrement, de si beaux parleurs et jongleurs de concept les Grecs anciens les ont appelé sophistes, et non pas philosophes. De nos jours on les appelle démagogues et charmeurs de masses, au mieux idéologues ou politiciens. Je ne classe personne car j’ai l’espoir en chacun. Il y a bien parmi vous ceux qui le déplorent mais n’y peuvent rien! Maître guérisseur guérit toi toi-même. Le monde veut bien voir le fruit de votre sagesse qui fait la différence face à la poutre qui obscurcie votre vision alors même que vous prétendez soigner les autres. Mais quelle poutre diriez-vous encore?

   En voici brièvement les faits criards qui expliquent votre dilemme et votre ‘’paterne » de victimisation. Quelle violence plus abjecte que de réduire un être humain à l’impuissance d’esclave pour le restant de sa vie? La loi du Karma que vous enseignez si bien vous dit alors: Goûtez donc à L’IMPUISSANCE DEVANT LA VIOLENCE CHINOISE!Ce n’est qu’une explication de votre karma! (Je n’accepte ça

Ce contenu a été publié dans Impuissance Masculine, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.